C’est en essayant de voyager de manière différente que je me suis tournée vers le volontariat qu’il soit aussi bien en France qu’à l’étranger.

Au départ, j’ai choisi cette formule pour deux raisons principalement :

  • Afin d’acquérir de nouvelles expériences
  • Parce que nettement intéressant d’un point de vue économique.

J’avoue, ce dernier point à tendance à devenir un peu moins vrai de nos jours étant donné les prix parfois hallucinants (pour pas dire autre chose) que j’observe sur différents sites…

Le but de ces différentes missions est de m’investir principalement dans la défense de l’environnement et en faveur de la protection animale (tout un programme). Cela m’a permis de participer à des actions dans des centres de soins, sur des missions d’études de populations animales, ce qui m’a permis d’évoluer quelque part, d’en apprendre plus et d’affirmer également mes convictions.

Ainsi, pour ma part, j’adore agrémenter mes voyages d’échanges ou de services, une façon originale de découvrir de nouvelles contrées et de pouvoir découvrir des expériences qu’il n’aurait été peut être pas possible de faire autrement.

IMG_1788 - 2
A la découvertes de nouvelles expériences

Pourquoi faire du volontariat ?

Il existe différentes raisons à cela et chacun doit, je pense, suivre ses objectifs et ses envies et se tourner ce vers quoi il sera le plus à l’aise.

Ainsi, on peut citer que le volontariat permet de :

  • s’engager socialement (prendre part à une action, exprimer son intérêt, apporter quelque chose…aider tout simplement).
  • S’enrichir personnellement (élargir son horizon, rencontrer de nouvelles personnes, apprendre, se lancer un défi, connaître de nouvelles coutumes/langues, faire partie d’un groupe…)
  • s’enrichir professionnellement (développer et acquérir des compétences, assumer des responsabilités, augmenter son réseau)
  • Pour le bénévolat lui-même tout simplement.

Ayant une formation de biologiste, mais ayant également fait de l’enseignement, mes missions se sont davantage centrées sur l’éducation et l’environnement.

Faire du volontariat est à mon sens, un moyen de pouvoir voyager de manière différente, de s’immiscer un peu plus dans les communautés traversées et de pouvoir vivre « de manière plus locale ».

Ainsi, les différentes missions effectuées m’ont fait passer par le Togo, l’Indonésie, le Cambodge, les Comores et la France…en effet, il existe des missions très intéressantes même au bas de sa rue…

IMG_2776
Volontaire auprès des enfants et apprendre avec eux

Qu’est-ce que cela apporte ?

Cela permet de devenir je pense plus autonome et responsable, de grandir un peu et de sortir de sa zone de confort.

Ma première mission en tant que volontaire m’a fait venir en Afrique, et je dois avouer qu’il y a eu quand même un choc par rapport aux conditions de vie française…me rendre dans un village sans eau ni électricité, devoir aller chercher l’eau au puit (la fameuse corvée d’eau), utiliser des toilettes sèches (infestées de cafards…), mais que de souvenirs mémorables, des rencontres et des échanges. Cette expérience m’a confortée dans l’idée du volontariat et j’ai bien entendu continué par la suite à voyager de cette manière et à participer autant que je pouvais à la vie associative.

Cela permet aussi de mieux se connaître, de pouvoir mieux visualiser ses qualités et ses défauts et de savoir ce dont nous sommes capables (ou pas…) de faire.

Sans compter l’amélioration considérable en langue (niveau anglais grâce à l’école, je plafonnais à un niveau zéro…maintenant je baragouine bien et me fait comprendre sans soucis).

On découvre aussi de nouveaux plats et spécialités culinaires (de vrais découvertes au Cambodge, ou encore le fufu (ou foufou) en Afrique de l’Ouest).

Et de se dire que nous pouvons agir à notre niveau!

DSCF0243
On peut assister à des spectacles magiques !

Ecovolontariat versus écotourisme

Voilà une différence entre les deux statuts :

  • L’écovolontariat correspond à du bénévolat en lien avec le domaine de l’écologie. Les périodes peuvent être plus ou moins longues (de la semaine à plusieurs mois). On peut être nourri et logé au sein de la structure surtout quand on reste longtemps. Le travail peut être pénible physiquement, difficile, voire salissant et correspond souvent à des missions sur le terrain.
  • L’écotourisme se fait sur des période de un à deux jours dans des organismes tels que des villages écologiques ou dans des centres de soins. On découvre par ce biais de nouvelles expériences mais généralement on ne reste pas assez longtemps pour apporter quelque chose et être productif. Généralement, le prix est assez élevé et ce type de tourisme est très à la mode actuellement.

Pour ma part, je n’ai fait que de l’écovolontariat, pas d’écotourisme, la formule me séduit moins et je préfère rester longtemps dans un endroit afin d’essayer de me sentir utile.

_6A_0083
Participer à des projets

Est-ce gratuit…ou pas ?

Alors on peut trouver des volontariat gratuits, mais cela reste assez rare, généralement les structures demandent une participation financière afin de pouvoir nourrir et loger le volontaire. Mais en général, les frais sont relativement peu élevés. Ainsi durant mes différentes missions, j’ai dépensé pour certaines 170 euros pour un mois (pour logement/nourriture/transport), soit je devais faire mes courses moi même et donc je payais uniquement ce que j’achetai en nourriture. Et c’est tout.

Bien entendu, le coup demandé par un organisme peu différer en fonction du pays et du coup de la vie locale, mais il ne doit pas à mon sens correspondre à des prix exorbitants et non justifiés.

Bref, quand je vois que certains organismes proposent des missions dites d’écovolontariat à 1000 euros la semaine (voir plus pour certaines)…sans le transport, je me dis que c’est vraiment abuser…Je ne cautionne pas du tout ce principe…

En ce qui me concerne donc, je refuse tout simplement de payer des sommes disproportionnées pour une mission. Je suis là pour donner de l’aide, fournir mes bras, mes expériences éventuelles et je voyage avec un budget limité. Bien entendu, si vous voulez faire quelque chose « d’exotique » avec des grands animaux (primates par exemple) ou ce qui est populaire à un moment donné…et bien plus le budget sera élevé et cela entretient un véritable business (la fameuse loi de l’offre et de la demande…)

Je ne paye donc jamais pour des prestations en ligne vous envoyant au quatre coins du monde. Cela peut être rassurant de voir que tout est pris en charge, mais un aspect que je trouve intéressant est de gérer tout cela soi même, de se débrouiller. En passant par ce genre d’agences, vous payer souvent des prestations dont vous n’avez pas besoin (comme par exemple des briefings avant de partir…honnêtement un simple fascicule récapitulatif me suffit, pas besoin de faire un stage de 3 jours!).
Donc oui, il faut regarder, comparer, envoyer des mails, se renseigner…mais au final on arrive à trouver ce qui nous correspond, l’offre étant quand même assez vaste !

Cela peut être long (pour ne pas dire fastidieux), mais au final, l’expérience promet d’être enrichissante.

IMG_1341

Pour une durée de combien de temps?

Deux semaines me paraissent souvent trop courtes, on prend à peine ses marques que c’est déjà fini. Un mois me parait être une période correcte. Après si le projet nous intéresse, que nous nous sentons vraiment impliqué alors pourquoi pas continuer plus longtemps.

Volontariat et travail

Désolé, mais dans notre beau pays qu’est la France…partir en année sabbatique n’est pas toujours super bien vu, même si nous apprenons beaucoup sur nous même, sur nos limites et que nous ouvrons notre esprit à d’autres modes de vie, le retour à la vie métropolitaine est souvent difficile (enfin pour moi, elle le fut…).
Faire du volontariat, permet aussi de pouvoir valoriser son expérience, de mettre en avant d’autres compétences acquises sur le terrain et pour aussi tout simplement faire croire à vous futurs employeurs que vous n’êtes pas parti uniquement pour faire bronzette…

Etre volontaire permet de voyager de manière différente et j’avoue que me comporter maintenant que ce soit en voyage, ou en France, sans participer à ce genre de missions, n’est plus envisageable à l’heure actuelle.

Cela m’a permis de me confronter aux différents problèmes rencontrés en matière de sauvegarde de l’environnement et de gestion de la biodiversité, mais aussi de pouvoir m’investir à mon niveau et d’avoir l’impression d’être utile.

Ceci est peut être illusoire, mais j’espère quelque part contribuer et que mes actions pourraient être bénéfiques et qu’au final l’expérience accumulée me permettra de pouvoir agir davantage dans un futur plus ou moins proches.

Bon voyage !!!

 

3 thoughts on “Pourquoi faire du volontariat en voyage?”

  1. Bonjour, peux-tu me donner des adresses pour faire de l’écovolontaria sans payé des sommes disproportionnées? Si possible dans l’environnement 😉

    1. Bonjour,

      Pas de soucis, seulement, juste une précision, en France ou à l’étranger?

      A bientôt

      Voyageusement 🙂 !!!

Laisser un commentaire