Lundi 14 juillet

Et nous voilà donc reparti…adieu Colombo, direction Kandy. Nous nous levons à 5h…plutôt difficile car on a pas dormi autant que ce nous souhaitions, et c’est donc avec un peu plus de 4h00 de sommeil que nous entamons cette journée. Petit déj frugal (bah oui, il est tôt donc pas trop faim) et à 6h, nous quittons définitivement le 5th Lane House, et nous nous mettons en quête d’un tuktuk pour rejoindre la gare de Colombo. Finalement, on en trouve un très très rapidement et à 6h30 nous voilà arrivé à la gare, on est large car le train part à 7h !! Nous nous asseyons sur un banc, regardons les gens qui pour traverser les voies ferrées, passent carrément dessus…j’aimerai bien voir cela en France !

IMG_6823
En voiture!!!

Peu avant 7h, notre train arrive, nous montons et cherchons nos places, bon pour l’observation room, ce n’est pas très compliqué, c’est le dernier wagon…ce wagon a en fait comme particularité d’avoir une grande fenêtre au fond, et génial, nous somme placés juste derrière. Donc pendant tout le trajet (un peu plus de 3h), nous voyons défiler les paysages, les champs de thé, les forêts, les montagnes avec leurs sommets dans les nuages. J’essaye de prendre quelques photos, mais cela bouge un peu trop et même mon appareil à du mal. Il y également beaucoup de gens à pied qui nous croisons sur la voie ferrée. Le moment le moins agréable de ce trajet fut de sortir de Colombo et de ces faubourgs, mais il est vrai qu’une fois sorti de la ville, les paysages sont grandioses.

Bar
On croise toujours du monde!!!

Arrivés à Kandy, c’est un peu la foire d’empoigne, il y a beaucoup de monde, du bruit, des véhicules dans tout les sens, beaucoup plus qu’à Colombo. Bref pour moi qui apprécie surtout les espaces naturels, c’est un peu trop bondé et bruyant à mon goût. En arrivant, je me suis dit que cette ambiance ne me plaît pas vraiment et que je n’ai pas envie d’y rester plus longtemps que cela. Ce qui tombe plutôt bien car ce n’est pas prévu du moins pour le moment, nous devons nous rendre à Sigiriya…Peut être un tord ou non, mais Kandy ne figure pas (plus) sur la priorité de ce voyage…

Nous trouvons rapidement un bus pour Dambulla. Le transport en bus mérite quand même d’être vécu. Je ne sais pas trop à certains moments comment ils font pour entasser autant de personnes et de marchandises, ni comment font certains bus pour encore rouler… Toujours est-il que nous passons 2h30 dans ce bus inconfortable, mais on est ravie de pouvoir voyager comme les Srilankais et surtout de ne pas jouer la facilité en prenant des taxis. De toute façon c’est un des aspects de ce voyage (et on s’y tiendra jusqu’au bout), mais on veut voyager en bus…J’arrive quand même à m’endormir et à piquer deux/trois fois du nez mais malheureusement, les nombreuses secousses me réveillent. Les paysages qui défilent sont agréables mais les vitres sales et le fait que je sois assise côté couloir m’empêche de profiter pleinement. Dans les bus srilankais, il y a toujours deux employés à bord, le chauffeur et un autre qui encaisse le prix du trajet en fonction de la distance parcourue. Même si pour les touristes c’est plus cher, il n’en reste pas moins que c’est très très compétitif et que les prix sont vraiment très très bon marché.

Arrivés à Dambulla, le bus passe devant un temple où l’on voit un Bouddha géant et tout doré. Je veux descendre, mais pas possible. Finalement, une fois arrivé au terminus nous rebroussons le chemin à pied (3 km) pour savoir ce qu’est ce fameux temple. Sur place, on apprend (par le sosie de Doc Gynéco !!!) que c’est le site des grottes de Dambulla, et que je ne peux pas entrer à cause de ma tenue (je suis en short) – Au Sri Lanka, les femmes doivent avoir les épaules et les genoux couverts pour aller dans les lieux sacrés. De toute façon il est prévu que l’on visite ce site mais pas aujourd’hui, donc nous repasserons plus tard, un autre jour.

On s’installe dans un petit bar le long de la route afin de prendre un rafraîchissement et une bouteille d’eau (90 Rs le tout, soit 50 centimes d’euros…très très compétitif…). Il est à noté que la plupart des bouteilles sont des bouteilles en verre donc consignées, on ne peux partir avec…Il y a beaucoup de vent aussi ce jour là, les pancartes publicitaires sont pour certaines toutes penchées, d’autres sont déjà à terre, je ne pensais qu’il y avait autant de vent dans cette région.

Nous trouvons le bus pour Sigiriya, un vieux bus tout rouge (les bus rouges sont les bus du gouvernement), encore plus miteux que l’autre. Pas grave, Sigiriya est à une vingtaine de kilomètres, donc je me dis qu’il n’y en a pas pour long…erreur, on mettra une bonne heure. Le bus s’arrête limite tout les kilomètres et cela me semble interminable, j’ai l’impression qu’il y plus de monde que dans le précédent, on a aussi des câbles et un groupe électrogène…Il y a même un trou dans le plancher et on peut ainsi voir la route défiler ainsi que la roue…

Arrivés à notre arrêt (celui qui vend les billets et qui encaisse nous indique de descendre), nous avons à peine 600 mètres à faire pour arriver dans notre hôtel. Un petit chien nous suit (le même genre que celui que j’ai ramené de Mayotte) et un peu plus loin, j’aperçois un éléphant transportant des touristes ce qui me fait quand même mal au cœur…surtout de le voir entraver…

Arrivé à l’hôtel, pas grand chose de plus à faire hormis de profiter de la vue…face à nous le rocher de Sigiriya…demain c’est l’ascension

Mardi 15 juillet

Réveil à 6h, aujourd’hui on monte là haut !! A 6h30 un peu petit déj, afin d’économiser on mange bien le matin pour éviter le repas du midi (et puis nos petits organisme européens ont tellement chauds que de toute façon, nous n’avons pas faim…). Même si ce matin là je ne prends pas le temps suffisant pour bien déjeuner, il faut que nous soyons les premiers en haut. Nous remontons le chemin menant à la route principale et y croisons un tuktuk qui nous dépose au niveau de la billetterie. Nous payons pour deux 8000 Rs l’entrée de Sigiriya (48 euros), par rapport au reste (logement, nourriture, habillement…) les prix pour les sites sont vraiment chers. Mais nous sommes les premiers à entrer ce matin là ! Nous remontons une longue allée entourée de vestiges que nous ignorons pour le moment, nous voulons d’abord gravir le roc. La grimpette n’est pas difficile loin de là mais si on souffre de vestiges il faut faire attention car la vue est … vertigineuse ! Au début de cette escalade, nous avons des marches en pierre vite remplacées par des passerelles métalliques après le mirror wall. Le mirror wall est un faux mur, un leurre, destiné à être détruit et à tomber sur d’éventuels envahisseurs. Sur cette partie de la montée, à un moment se trouve un escalier métallique en colimaçon permettant d’atteindre des fresques, les fameuses demoiselles de Sigiriya. Dessins sublimes de femmes, toutes représentées seins nus et sans jambes puisqu’elle reposent sur des nuages. Les détails sont très soignés et les couleurs encore bien présentes.

IMG_7051
Une des demoiselles de Sigiriya

Après cette première étape, nous atteignons un plateau, à cet endroit le rocher présente un terrain plat, comme une esplanade. Pour continuer, un autre escalier en pierre entouré de pattes de lion. C’est à partir de cette étape que cela se complique un peu si on la vertige, lorsque pour arrivé tout en haut, on reprend des passerelles métalliques surplombant le vide et avec le vent très fort que nous avions ce jour là, on à un peu l’impression de tomber. Mais une fois en haut, quelle vue…et en plus nous sommes les seuls, il n’y a personne d’autre que nous à ce moment là. Au bout d’une demi heure, d’autres touristes arrivent. Pendant une demi heure, ce rocher n’aura été que pour nous. Au sommet, le vent est toujours aussi fort et impressionnant, à certains moments, il est impossible de pouvoir avancer, voire même je me suis surprise à reculer tellement que les bourrasques sont importantes.

IMG_7003
La dernière partie de la montée…entre les pattes du lion!!!

Mais nous restons quand même une bonne heure et demie au sommet, assis sur les vestiges des murs du palais et à contempler le paysage. Le manège des autres visiteurs m’amusent aussi et me renvoie (désolé pour ceux qui pratiquent…) à une forme de tourisme que je n’apprécie guère…ceux qui vont vite (très vite) qui prennent le temps (est-ce l’expression) de rester juste 5 minutes au sommet afin de prendre quelques photos puis de redescendre.

IMG_7009
La forteresse palais de Sigiriya vu d’en haut!
IMG_7010
Les restes d’un des bassins…

Lorsque le flot de visiteurs commencent à être trop important, nous quittons le sommet et la descente est fort différente de la montée, nous croisons des bus entiers de touristes, il est vrai qu’en haut, nous apercevions au loin le ballet des bus…

Redescendu, nous prenons à nouveau le temps de visiter les jardins et les palais de la partie basse, on se rend compte également qu’ils maîtrisaient bien leur système d’irrigation, le nombre de canaux et de bassins est tout simplement impressionnant, particulièrement complexe et avancé pour l’époque.

Quelle est l’histoire de Sigiriya ?

A la fin du Ve siècle, Kassyapa le fils cadet du roi d’Anurâdhapura Dhatusena entre en conflit avec son frère aîné Mogallan qui doit reprendre le royaume, mais le cadet ne l’entend pas ainsi. Il monte un complot afin de tuer son père et de mettre en exil son frère qui est contraint à partir en Inde. On dit que prit de regret, Kassyapa construit un palais forteresse sur le site de Sigiriya où il y vécu afin de se protéger en cas d’attaques de son frère mais offrit également beaucoup de richesse au moines mais qui, pas dupe, ne reconnurent jamais ce roi illégitime.

Pendant 18 ans, Kassyapa vécut reclus dans la forteresse entouré de sa cour plutôt féminine. Un jour, il voit arriver les troupes de son frère, revenu d’Inde avec son armée. Le siège dure une bonne semaine, mais sans ravitaillement, Kassyapa épuise par la faim se livre sans combat à son frère qui l’éxécute.

Mogallana reprend le royaume et Sigiriya tombe dans l’oubli…

Mercredi 16 juillet

7h30 levé…j’ai l’impression que je viens de faire la grasse matinée après toutes ces courtes nuits…Nous avons deux visites à notre programme aujourd’hui et un timing assez serré à tenir..

A 9h00, nous nous mettons en route pour le site de Dambulla, nous allons enfin voir les bouddhas !!

IMG_6961
Le Golden Temple, l’entrée des statues de Bouddha à Dambulla

Pour aller voir les bouddhas de Dambulla, il faut se rendre à un guichet qui nous délivre pour 1500 Rs par personne le droit d’aller les voir. Commence alors un petite grimpette faite de marches pour gravir 180 m, afin d’atteindre le sommet d’une colline où se trouvent les fameuses statues. Beaucoup de Srilankais se rendent également là haut apportant des offrandes faîtes essentiellement de fleurs qui certains singes viennent chiper. Une fois en haut on peut admirer le paysages et les collines environnantes du district de Matale avec forêts et lacs. L’entrée du temple est une large esplanade faîte de pavés où il nous faut retirer nos chaussures comme dans tout les sites religieux du pays, personnellement j’ai fait la petite ascension sans mes tongs, beaucoup plus à l’aise. Mais aussi afin de respecter les fidèles venant ici, je me suis drapé dans un long foulard qui recouvre mes épaules, un autre qui recouvre mes genoux Les murs des temples ont leur murs blanchis et nous pénétrons dans le premier cloître. C’est le Devaraja Vihara ou temple du roi. On peut admirer des peintures colorées dans les tons ocres et rouges qui retracent la vie de Siddharta.

  • IMG_7155
    Un des bouddhas couché…superbe!!!

La deuxième grotte est la plus grande, la lumière en est presque tamisée et nous voilà dans une demi pénombre à admirer les 53 statues de Bouddha recouvertes d’or. Spectacle presque magique.

Dans les autres grottes, des représentations d’anciens rois de l’île, de dieux, de batailles et événements historiques qui ont marqué le destin de l’île…

Les singes sont toujours là, attendant les cacahuètes que les visiteurs viennent apporter, les saisissant parfois dans les mains, ils ne veulent pas attendre leur dut…ce sont les gardiens de ce lieu sacré…

Nous devons déjà repartir…et c’est presque avec regret que je quitte cet endroit car il faut être honnête on s’y sent bien…mais une autre aventure nous attend pour cet après midi…

Nous nous dépêchons d’attraper un bus afin de nous ramener à notre logement de Sigiriya et à 15h nous voilà reparti, direction le parc de Minneriya. Nous nous sommes entendu la veille avec un guide qui vient nous chercher afin de nous faire vivre ce safari.

Bon il faut l’avouer, faire un safari est l’activité la plus chère que nous avons fait au Sri Lanka, nous avons du débourser 5000 Rs pour la jeep et le chauffeur et 5850 Rs en plus pour entrer dans le parc, soit 10850 Rs (65 euros en tout). Mais bon on voulait voir les éléphants, tout plein d’éléphants. Un des avantages, c’est que la jeep est que pour nous deux alors qu’il y a la place de mettre 10 personnes. Dans ce parc entre les mois de mai et de septembre, les éléphants viennent s’abreuver et prendre un bon bain sur les bords du lac de Minneriya, ils sont des centaines… On peut aussi y observer une foule d’oiseaux (Aigle, Ibis, Cigognes…un vrai paradis pour les ornithophiles!!!).. Nous pouvons voir, plutôt admirer tout ces éléphants et même si je ne suis pas fan de safari (pour question personnelle, j’ai l’impression qu’il y a souvent du harcèlement auprès de ces animaux…), je suis contente de les avoir vu. Et puis au Sri Lanka, il n’y a pas (encore?!?) des dizaines de voitures à tourner autour d’eux…

IMG_7404
Un beau mâle!!!

Nous rentrons satisfait de cette visite et de cette journée dans l’ensemble…

IMG_7309
Beaucoup, beaucoup d’oiseaux…

Jeudi 17 juillet

Aujourd’hui, dernier jour où nous serons présent dans cette partie du triangle culturel. Ayant déjà fait Sigiriya, Dambulla, Minneriya, nous nous attaquons à Polonnaruwa. A peine sortis de notre hôtel, nous tombons sur un tuktuk (qui a l’air très confortable…) et négocions le trajet aller retour pour Polonnaruwa ainsi que la visite du site. Pour 5000 Rs il veut bien, c’est le prix le moins cher que nous avons entendu et acceptons. Il nous faut une bonne heure pour atteindre le site. L’entrée nous revient à 6500 Rs, et nous voilà avec nos pass pour la journée !! Nous commençons à visiter le musée lié au site (comme tout le monde), et découvrons avec émotions certains pièces vraiment très belles, mais aussi les photos du sites avant et après remise en état. Ce qui est un peu dommage, c’est que prendre des photos soit interdit et que si nous voulons revoir les objets présents, il nous faut acheter le bookart…

Le musée se compose de 6 salles communicantes, chacune présentant une partie du site.

IMG_7472
Le site de Polonnaruwa!!!

A notre sortie nous retrouvons notre chauffeur et commençons la visite du site.

IMG_7442
Ruines d’un ancien temple…

A Polonnaruwa, les Srilankais viennent toujours prier et déposer des offrandes, afin de respecter les cultes, je me retrouve avec mes châles autour des épaules et des genoux.

IMG_7505
Dagoba au toit blanc ce confondant avec les ciel…

Sur ce site le clou du spectacle (et forcément, c’est là où on nous emmène en dernier) ce sont les imposants bouddhas en granite. L’un d’eux (le couché) présente deux traces de balles. Un anglais aurait tiré dessus au siècle dernier, une fois son forfait commis, il s’est enfoui en courant dans la jungle et aurait été chargé et écrasé par un éléphant…on n’offense pas Bouddha !

IMG_7517
Bouddha couché

A partir de demain, nous repartons au Nord, direction Annuradhapura…

Laisser un commentaire