« Voyager c’est grandir. C’est la grande aventure. Celle qui laisse des traces dans l’âme. »  Marc Thiercelin

Je voyage…donc je suis !!!

I. Je voyage, donc je suis !!!

Le moment qui a changé ma vie…

En ce qui me concerne, c’est en août 2007 que j’ai eu le déclic. Lors de mon premier vrai voyage en mode solo, c’est à dire en mode sac à dos … et hormis le billet d’avion, je n’avais pas vraiment programmé grand chose et je ne savais pas trop à quoi m’attendre non plus. Mais je voulais tenter une première vraie aventure et me mesurer seule au voyage.

Je partais pour quelques semaines afin de suivre une mission de bénévolat au Togo. Le but : parler de médecine, de soins, de contraception et planning familial…et finalement tout cela s’est transformé en un suivi de campagne de vaccination contre la fièvre jaune sur l’Afrique de l’Ouest, une expérience plus longue et plus riche que ce que je pensais initialement. J’ai croisé des personnes formidables et engagées, des gens auxquels ils m’arrivent encore de penser aujourd’hui avec émotion.

Une première expérience qui me fit comprendre que le voyage peut nous emmener bien plus loin que ce que l’on pensait initialement…

Vous imaginez ensuite le retour, la claque que je me suis prise, j’ai vécu plusieurs semaines dans des villages ou nous n’avions pas d’eau, ni électricité…où il fallait aller puiser l’eau pour prendre une douche et en quelques heures je changeais complètement d’univers…

Il y a donc eu le retour en France et direction Metz, les bancs de la fac, les cours à apprendre, les mémoires et soutenances à effectuer, le froid, la grisaille, même si j’avais quelques échappatoires, je ne me suis pas impliquée à fond dans cette année universitaire que j’ai malgré tout validée mais qui hormis de m’offrir un diplôme de niveau master, m’éloignait de ce dont j’avais envie le plus : m’évader !!!

Repartir encore…

A la fin de cette année, plusieurs possibilités s’offrait à moi, commencer une thèse dans un laboratoire ou bien partir étudier les tortues marines à Mayotte. Je ne sais pas par quel heureux hasard, les personnes en charge  de ce suivi des tortues marines ont eu mon dossier et mon profil, mais il y a des signes qui ne trompent pas et qui nous font savoir qu’il faut tenter l’aventure. Bien entendu j’ai dit OUI !

En 2008, départ pour les Comores un voyage riche en émotions. Au programme, des tortues, de la plongée, mes premières rencontres avec des baleines … Finalement je suis restée deux ans sur Mayotte au lieu de trois mois prévu initialement puis je suis rentrée pour diverses raisons. Quelques part l’envie de me poser un peu, de retrouver mes racines, et me voilà rendue en Normandie en 2010.

Repartir encore et toujours

Mon travail m’a permis alors de pourvoir voyager durant mes congés (Mexique, Grèce, Sri Lanka ou encore les Philippines et j’en passe), il m’a permis également de continuer une passion découverte à Mayotte : la plongée, mais pas de me poser réellement … puis j’ai même pu m’offrir une année sabbatique durant l’année 2014 – 2015. Direction l’Asie pour un an et la découverte de nouvelles cultures. Je commençais à connaître (un peu) le mode de vie à l’africaine et voilà que je découvrais la culture asiatique. De la Thaïlande à l’Indonésie en passant par Malaisie, Laos, Cambodge, Myanmar, Singapour. Un an de découvertes à travers Bagan, Angkor, plateau des Boloven, Bromo, Sukhotai, Taman Negara et j’en passe, à me régaler de Pad thai et de fried rice, à manger des mangues fraîches ou encore des papayes au petit déjeuner.

Et puis, retour (encore) en métropole. La claque une fois encore, quelques heures avant j’étais sous le soleil, à me promener en tongs et me voilà revenu à Roissy où le ciel est gris. Oui mais voilà… C’est la première fois où je n’étais pas heureuse de rentrer, où je n’étais pas contente de retourner en France ou cette situation ne me satisfaisait pas du tout.

Et pourtant cette année 2015 – 2016 fut elle aussi rempli de riches et belles expériences. Déjà je faisais mon année sur Paris, j’ai pu valider un deuxième master (oui oui…j’aime les études…), un mariage et surtout il y a eu la naissance de mon petit garçon au cours de ce mois de septembre. Mais il m’était impossible de me ranger et de me poser, j’ai trop envie maintenant de continuer à voir et à arpenter le monde et encore plus avec mon fils !!!

J’ai pourtant essayé, visites de maison et d’apparts en vue d’un éventuel achat, rendez vous à la banque pour parler projet immobilier. Mais il faut me rendre à l’évidence, il est plus facile maintenant pour moi de repartir que de me poser.

La routine ne m’apporte pas mon lots d’expériences, de rencontres, de découvertes auxquelles j’aspire encore à l’heure actuelle…

J’ai l’impression de ne pas vivre pleinement ma vie lorsque j’essaye de m’affranchir de longs voyages.

Impossible de se poser?

Pas vraiment… La naissance de mon fils voudrait que je me pose un minimum mais non, je tiens à ce qu’il vive la vie que j’ai toujours voulu vivre, voyager et lui offrir le monde !!!

L’heure n’est tout simplement pas venue pour moi de me poser car je ne sais pas où m’arrêter et me dire c’est là ou je veux être!!

Et puis je tiens à me faire de nouveaux souvenirs de voyage, mais cette fois en famille !! Il n’est pas encore l’heure pour moi de déballer mes cartons…une année de plus (quelques années…) à parcourir le monde.

A la découverte d’ailleurs, à la découverte de soi…

« Rester, c’est exister. Voyager, c’est vivre ». Gustave Nadaud

 

II. Voyager car je tiens à donner un sens à ma vie

Comme beaucoup de gens, j’ai besoin de trouver une voie, ma voie. Je ne tiens pas à vivre dans un schéma que l’on nous enseigne (et à tort) c’est à dire d’avoir une jolie maison avec un mignon jardin (enfin plutôt un petit appart…) ou vont pouvoir gambader un chien et des enfants, de prendre tout les matins sa voiture où les transports en commun afin de se rendre à son travail. Le tout pour un salaire qui nous permet à peine de couvrir nos principales dépenses en se disant « je vais économiser un peu afin de réaliser des projets…plus tard… »

Avec un patron qui ne se souviendra jamais réellement de notre prénom…et de voir nos envies d’évasion s’envoler en même temps que le coût de la vie augmente, que notre salaire stagne et que donc notre pouvoir d’achat diminue.

Je ne me vois pas passer ma vie au même endroit, ce n’est plus possible, je serai pris du désir de voir ailleurs comment c’est. J’aime débarquer dans de nouveau endroits, de découvrir de nouvelles contrées, de pourvoir connaître de nouvelles saveurs, de nouvelles odeurs, parfums et autres senteurs d’épices, de fleurs de faire la connaissance de nouveaux arts culinaires.

Ce que je veux dire ici par tout quitter, c’est quitter ses repères, ses amis et sa famille afin de vivre ses propres expériences, via le voyage, et de se construire peut être différemment mais devenir soi tout simplement.

Se construire différemment …

« Quand rien n’est prévu, tout est possible… »

 

III. Partir en voyage…ou rester…quelle est la solution la plus folle?

Je ne pense pas que le plus raisonnable c’est de rester pour travailler afin d’économiser et de s’offrir quelques trips à droite à gauche. Car lorsque l’on est dans une certaine routine, il y a souvent des impondérables qui repoussent nos envies d’évasion…

Certains y arrivent, s’épanouissent dans une vie routinière, entre travail et famille, et tant mieux, mais quand on ressent cette envie presque viscérale de partir alors il faut tenter sa chance!

Il faut savoir oser, nous avons la chance de vivre dans un monde qui nous offre énormément de possibilités et ceci pour plusieurs raisons.

  • Tout d’abord nous avons la chance en tant que français d’avoir un passeport qui nous permet de voyager un peu partout dans le monde.
  • Il existe des tonnes de possibilités de voyage. En effet ce mode de vie s’amplifie et se démocratise, entre les HelpX, les workaway, les bénévolats divers et variés, il existe des tonnes de types de voyage possible et différents.
  • La mise en place de WHV (Work Holiday Visa)
  • Nous avons aussi la chance d’avoir des modes de communication qui nous permettent de rester en contact avec nos proches et de partager nos aventure avec eux…qui ne connaît pas Skype, Facebook, Instagram, Twitter pour les plus courants.

De nos jours, il existe énormément de solutions qui nous facilitent le voyage et cela serait vraiment dommage que de passer à côté de ses nombreuses opportunités.

Il ne faut pas remettre à plus tard ses envies de voyages et d’ailleurs, tout simplement parce que l’on ne sait pas de quoi demain sera fait…En effet, il y a un an encore je ne pensais pas qu’au cours de cette année 2016 je me marierai ou encore que j’aurai un adorable petit garçon. Mais est-ce pour autant que je vais me ranger…NON !!!

Tout plaquer peut faire peur, mais cela nous rends plus vivant !

Tout plaquer cela demande un certain cran, mais ne rien faire c’est peut être nourrir des regrets qui nous hanterons peut être toute notre vie.

Et puis quelque part, ce n’est pas tout plaquer, c’est être dans la continuité de la vie que nous voulons mener.

Il faut choisir entre plaquer une vie de routine ou bien plaquer ces rêves…

Certes, nous avons peur de nous lancer car on ne sait pas de quoi demain sera fait, mais on peut aussi totalement s’épanouir dans son voyage.

Cela nous permet de sortir de notre zone de confort, de connaître nos limites, de savoir ce que nous voulons vraiment, de nous recentrer sur nous mêmes et sur nos envies et donc sur la voie que nous souhaitons emprunter.

Pour ma part, je sais quels sont les rêves et les envies que je tiens à vivre dans un futur proche. Vivre sous les tropiques et partir réétudier mes chères tortues marines.
Alors voilà, le 18 janvier je redécolle, en famille cette fois. C’est donc repartit, bien sur que j’aurai un logement correct et de quoi subvenir aux besoins de ma famille…mais je vais surtout continuer à vivre mes passions, soit de pouvoir étudier et m’occuper de faune sauvage et de pouvoir refaire mon activité préférée : plonger.

Donc une fois encore je quitte famille, amis, endroits familiers pour me retrouver moi.

Je sais aussi que cet été je viendrai rendre visite à ma famille afin qu’il profite du petit dernier né de la famille. Voyager peut demander également une certaine organisation et quelques concessions.

A l’heure actuelle, notre monde et hyper connecté, les moyens de communication sont nombreux et variés et il est possible de voyager rapidement.

Et ensuite, je continuerai ainsi, une fois que bébé aura grandi, il sera plus à même de suivre une vie nomade. Et je compte bien redécouvrir les endroits que j’ai aimé avec lui et en découvrir d’autres également…

Si beaucoup se pose la question du départ, je pense qu’au fond d’eux, la réponse est déjà toute trouvée. En effet si vous vous posez ce genre de question : Partir??? Rester??? c’est que vous connaissez déjà la réponse.

Vous devez vous lancer et tenter l’expérience. Bien sur, il faut partir avec un certain projet et une idée de ce que l’on veut faire car je pense que ce n’est pas donnée à tout le monde de partir totalement à l’arrache. Mais en préparant son voyage, en lisant, en se documentant, on se rassure, soi-même et ses proches.

Vivre sa vie pleinement et entièrement …

« La vie ce n’est pas seulement respirer, c’est avoir le souffle coupé. »
Alfred Hitchkock

IV. Lancez-vous !!!

Oui se lancer peut faire peur, c’est une étape qui demande d’avoir un certain cran. Je dis sauter le pas, que le faire c’est plutôt simple, mais voilà la première fois où j’ai tenté l’aventure, j’avais une certaine appréhension, je ne savais pas comment les choses allaient tourner et évoluer. Mais je ne regrette pas du tout mes décisions et si je devais recommencer, je referai exactement les mêmes choix! Et le choix qui se posent à un moment ou à un autre de notre vie et tout simplement celui de suivre le troupeaux, d’avoir un boulot et de rentrer dans le rang…ou bien de suivre ses rêves et ses envies !

Personnellement je ne me vois pas ancrée dans une certaine routine. L’année 2016 a été plus que décisive, le fait de prendre tout les matins mon RER, de connaître le stress de la vie parisienne, de courir après le temps alors que je veux prendre le temps de vivre m’ont fait dire stop.

Parfois cela peut bloquer au niveau de la famille, la peur de nous voir partir, la peur que nous soyons en territoire inconnu pour eux, la peur que nous n’ayons pas de salaire fixe et pas d’entrée d’argent régulière. Il suffit d’expliquer pourquoi il nous faut partir parce que la vie que nous avons ne nous convient pas et que nous avons besoin de sauter le pas afin de se retrouver, d’ouvrir les yeux et de se rendre compte alors que ces peurs sont dues principalement à notre mode de vie mais que nous sommes nombreux à avoir choisi un autre mode de vie et à nous épanouir pleinement. Quelques part ce n’est pas tout quitter, c’est se construire différemment.

Voyager ce n’est pas tout quitter et encore moins tout abandonner, c’est tout simplement se construire différemment et faire sa route d’une autre façon.

C’est pour cela que je conseille à tout ceux qui veulent tenter de vivre leurs rêves, qui ont envie de tenter l’aventure, leur aventure, d’y aller. Bien entendu, pas de foncer tête baissée, mais d’essayer, de tenter. Quitte à ne pas réussir (c’est une possibilité) mais au moins on aura essayé de réaliser un rêve. Et puis si cela marche (ce qui honnêtement à toute les chances d’arriver) alors on pourra se dire que nous avons eu raison d’y aller, que cette aventure nous aura emmenée bien plus loin que ce que nous aurions imaginé. Après tout, le plus dur dans le voyage c’est le premier pas, c’est de se dire que l’on saute vers l’inconnu…pour (souvent) le meilleur…

Après tout qui ne tente rien, n’a rien…

Bon voyage !!!

 

22 thoughts on “Tout quitter pour simplement vivre sa vie”

  1. Bonjour et merci pour ces beaux articles!
    Moi, ce qui me dirait vraiment c’est un tour de l’Amérique, ça me fait rêver… Je dois dépasser mes peurs pour enfin oser me lancer. Parce que moi, quitter amis et famille, ça ne me déchire pas vraiment. C’est plutôt l’après qui m’inquiète: retrouver un travail, un logement etc… Faut-il foncer sans réfléchir à « l’après »? Et puis je verrai bien… ou alors tout prévoir?
    Il n’y a sûrement pas de meilleure réponse mais des avis ou des partages d’expérience me seraient surement utiles!

    1. Bonjour,
      Tout quitter sans réfléchir, je dirai non car il y a toujours une part de réflexion à tout cela 😉 !
      Mais oui, il faut tenter l’aventure. Et ensuite en effet, vous verrez bien. En ce qui nous concerne, à chaque fois que nous décidons de bouger, nous retrouvons toujours une solution au niveau logement, travail. Je suis restée ainsi plusieurs années sans travailler entre mes voyages, ma grossesse…et pourtant je retravaille à l’heure actuelle et nous avons un cadre de vie idéal 🙂 !!!
      Il ne faut pas tout prévoir car la but (à mon sens) quand on part pour une longue période ou sans date de retour, c’est justement pour laisser une place à l’imprévu et suivre les opportunités qui s’offrent à nous et qui sont le plus souvent totalement imprévisibles.
      Alors foncez, rencontrez du monde, découvrez et le chemin se fera de lui-même 🙂 !

      1. Merci pour cette réponse.
        Je retiens surtout la dernière phrase : « Alors foncez, rencontrez du monde, découvrez et le chemin se fera de lui-même »
        Je crois qu’il faut, effectivement, que je me lance tout en ayant confiance… en la vie!

        1. Bonjour,

          Il faut en effet avoir confiance et oser se lancer tenter sa chance 🙂 !!!
          Souvent c’est la peur qui nous empêche d’avancer, mais il faut essayer de sortir de sa zone de confort et à l’arrivée, cela se révèle souvent extraordinaire.
          Nous ressentons de toute expérience changé et grandit et je pense encore plus dans le voyage.
          La vie est tellement merveilleuse quand on vit ses rêves et que l’on réalise ce que l’on aime.
          A quand le départ?
          A bientôt et nécessites pas si tu as besoin de discuter de tout cela, nous pouvons très bien en discuter.
          Moray

          1. Oui, tout ce que tu dis est vrai. Il faut en prendre conscience, c’est souvent ce qui est le plus difficile.
            J’en suis à la phase de préparation d’un itinéraire mais je me pose beaucoup de questions. Pour moi, ce n’est pas un simple voyage mais un projet plus global pour partir à la découverte des autres et des cultures lointaines mais surtout de moi-même.
            Je veux bien qu’on en discute plus en détails, mais je préfère en mode privé, tu peux me joindre via mon adresse email.
            A bientôt!
            Audrey

          2. Très bien, tu peux me joindre également via mon mail pour en discuter.
            Il est important de se poser des questions lors d’un tel voyage…mais pas trop quand même au risque de retarder le départ.
            Si déjà, tu as pris la décision de partir, alors le plus dur est fait.
            Les découvertes se feront une fois le voyage commencé 😉 !!!
            Bons préparatifs et à bientôt
            Moray

    2. Bonjour,

      Nous avons qu’à créer un groupe et on part tous ensemble 😉

      Ce n’est pas qu’une idée en l’air…

      Bonne journée

        1. Le voyage solo présente de nombreux avantage également…et je ne cache pas qu’à un moment je referai quelques voyages seule…mais pour le moment je ne suis pas prête à laisser bébé 😉 !!!

  2. Salut Morey

    Merci pour ce témoignage. J’ai également ce besoin de partir faire le tour du monde .d’aventure , je supporte plus la routine ..et j’ai très peur. Je sais si je le fais pas maintenant ce sera trop tard. En vous lisant je me dis que c’est possible…et je me prépare à économiser pour un tour un 2018 .. J’ai simplement peur du retour..peur de pas retrouver du travail . Combien d’argent est nécessaire pour faire un tour du monde de 1 an ?

    1. Bonjour,
      Je te dirai dans un premier temps de ne pas avoir peur, c’est justement ce qui nous empêche de pouvoir réaliser nos rêves.
      Cependant un break d’un an et de mieux en mieux perçu et il est possible de retrouver assez rapidement du travail, ce fut mon cas, mais également celui de mon conjoint;
      Pour un tour du monde sur un an, la moyenne est d’environ 15000 euros sur l’année. Bien sur cela peut être moins…comme beaucoup plus.
      Il existe beaucoup de solutions pour pouvoir dépenser moins, wwoofing, couchsurfing, fille au pair…mais aussi travail, déjà en tant que française, il n’y a pas de soucis pour pouvoir bosser en DOM-TOM (enfin COM), en Europe tu peux trouver du travail sans te soucier des problèmes de visas… Si tu as des compétences à côté, c’est assez simple, ne serait ce que pour enseigner le français. J’ai de la chance d’être à la fois monitrice de plongée et prof, ce qui me permet de pouvoir espérer de trouver du travail dans pas mal d’endroit.
      Montes ton projet, trouves des contacts et lances toi 🙂 !!!
      A bientôt

      1. Bonjour

        Je vous remercie pour votre réponse.
        Je vais me lancer. Je me prépare à économiser de l’argent pour un tour en 2018
        Merci pour ton retour d’expérience
        A très bientôt

        Audrey

  3. Je me reconnais tellement dans ce discours. Tout à été dit, ma vie c’est cet article!! Merci de ce beau texte et je vous souhaite de vivre de magnifiques aventures avec votre fils et de lui offrir une vie remplie de belle contrées et personnes fantastiques dont l’ouverture d’esprit est plus grande que la possession d’un appartement et d’une vie toute tracée 🙂

    1. Merci pour ce joli commentaire 🙂 !
      Il existe de nombreuses formes de bonheur…et je sais que je ne pourrai m’épanouir dans une vie routinière, comme beaucoup j’imagine.
      Je te souhaite également des voyages à n’en plu finir, des rencontres, des expériences, des paysages à couper le souffle…les voyages nous offrent une richesse intérieure qui remplace tout ce que l’on peut accumuler par soucis matérialistes…

  4. Bonjour,

    Merci pour votre récit et vos partages de sensations, renseignements etc…
    Vous suivre depuis peu me réconforte dans cette idée de voyage, d’évasion et surtout de « changer de vie » qui germe en moi depuis de nombreuses années. Il y a des chances que l’année 2017 (année de mes 40 ans) soit celle où je sauterai le pas…

    Bonne journée,
    Stephane

    1. Je ne peux que vous conforter dans votre envie de sauter le pas 🙂 !!!
      Cela permet de se découvrir différemment, d’être dans d’autres apprentissages, de se fixer d’autres objectifs et de pouvoir s’accomplir.
      Je sais que pour ma part je m’épanouis dans mes voyages et je ne suis pas prête et changer ce mode de vie
      Toutes mes réussites dans vos projets 🙂 !!
      A bientôt

      1. Bonjour,

        Tout à fait d’accord avec vous, il n’y a plus qu’à maintenant 😉

        Enfin presque, je souhaiterais vraiment partir à l’aventure si je me lance en fait! Je m’explique, partir sans avoir trop d’argent disponible, trouver des petits boulots ici et là afin de m’impliquer complètement dans cette aventure.

        Auriez-vous des conseils à me donner? Des adresses de sites à me transmettre ? Des adresses tout court? Des mises en garde ? Est-ce trop dangereux de partir « sans le sou » enfin en tout cas pas à la hauteur des 15000€ que vous budgétiser dans un commentaire plus haut…
        Je suis fan de tout ce qui touche à l’environnement marin (un peu comme vous j’ai l’impression mais je ne fais pas de plongée). J’ai le permis bateau, je ne sais même pas si celui-ci serait valable ailleurs…Et j’ai mon bateau! J’en fais principalement sur la Saône, lacs et en qqfois en côte méditerranée. J’ai travaillé dans des spots de wakeboard, ski nautique.. Pensez-vous que cela pourrait m’apporter une entrée pour un éventuel job?
        Je suis en ancien saisonnier, j’étais responsable dans les magasins de skis l’hiver (location, affutage et fartage des skis, vente de matos) et l’été sur la côte (service, restauration, plagiste et pilote de bateau tractant des bouées ou trucs du genre…). Aujourd’hui j’ai créé une société mais je ne m’épanouie plus du tout professionnellement et humainement, tout est trop tourné vers l’argent, l’individualisme, la réussite sociale et matérielle, et je ne suis pas comme ça…

        Je vous envoi pas mon cv ni une lettre de motivation lol non, mais si je vous en fais part c’est juste pour avoir votre avis et savoir si ce genre d’expérience pourrait m’aider dans mon périple..?

        Merci en tout cas d’avance pour votre retour, votre expérience est le meilleur guide qu’on puisse avoir 😉

        Sur ce, passez de très bonnes fêtes de fin d’année et bon 1er noël (je crois) à votre petit !!!

        Stéphane

        1. Bonjour,

          Lancez vous, le monde est tellement beau et vaste qu’il réserve mille surprise.

          Les 15000 euros mentionnés sont lorsque l’on fait un tour du monde sur l’année en comptant avions, hébergement, activités, nourriture…en effet quand on fait le tour du monde sur une année, il est souvent difficile de travailler pour renflouer les caisses.

          Mais il est tout à fait possible de dépenser beaucoup moins.

          il est aussi possible de partir en WHV comme en Australie, Canada, certains pays d’Amérique latine, NZ…
          Après tout ce qui est HelpX, workaway et autres volontariat…
          Ce n’est pas dangereux de partir sans le sous, beaucoup le font, il faut avoir la bonne dose d’audace et surtout savoir saisir les opportunités qui s’ouvrent et s’offrent à nous.
          Pour les adresses, il faut que je centralise tout cela (surement sous forme d’articles) si vous voulez des pistes.
          Ce genre d’expérience j’en suis sure pourra sans doute vous aider à justement pouvoir trouver un travail.
          Pourquoi ne pas aussi tenter sa chance en outre-mer, c’est français mais en même temps cela dépayse?
          Pour ce qui est environnement marin, il existe de nombreuses associations qui oeuvrent justement à essayer de participer à sa sauvegarde…seul bémol elle demande souvent des connaissances en biologie-écologie. Mais je pense qu’il faut essayer d’y aller un peu sur le tas et de tenter d’abord avec des associations à l’étranger, bien moins exigeante qu’en France.

          Les pistes sont nombreuses et je ne peux que vous encourager à partir, tenter votre propre aventure, afin d’aller plus à la rencontre de soi-même et de justement se libérer des chaines de notre société qui nous contraint à se cantonner à une certaine routine, routine qui petit à petit nous éreinte, nous rends triste et amer et surtout nous font abandonner tout rêves.

          Il y a des milliers de personnes qui sont partit et qui ont réussi, alors c’est que OUI c’est possible, il faut juste s’en donner les moyens, y croire et ne pas abandonner.

          Quels types d’associations vous intéresse le plus? Quelles sont vos motivations et vos envies?

          Je vous souhaite de très bonnes fêtes de fin d’année, un très bon réveillon et surtout la poursuite et la réalisation de vos rêves.

          Tout mes vœux pour 2017 🙂 !!!

          Moray

    1. Je vous remercie pour votre délicate attention.

      Je n’y manquerai pas et je vous dis peut être à bientôt 🙂 !

Laisser un commentaire