Première idée à bien se mettre dans la tête : la grossesse n’est pas une maladie (et ouais) ! Je dis cela surtout par rapport au personnel du monde médical que j’ai rencontré durant cette période et pour qui la seule fonction qu’il m’incombait de faire, était tout simplement de ne rien faire afin d’éviter tout risques !

Bon je suis un peu septique, ne rien faire, c’est ma santé mentale qui en prendrait un coup (ce qui représente un risque..non?!?). J’ai ainsi essayé de vivre ce moment du mieux que je pouvais et surtout de continuer à me faire plaisir et de ne pas me contraindre dans la mesure du possible (car malheureusement, certaines activités se retrouvent chamboulées et on ne peut pas tout faire non plus).

Petit avertissement :

Je tiens à préciser avant d’aller plus loin dans cette réflexion, qu’il s’agit de mon expérience personnelle tout simplement. Soit l’expérience d’une personne en bonne santé, en pleine forme physique dont le voyage est une habitude de vie et qui a une grossesse tout à fait normale. Pas de pathologie ni de problème à l’horizon (aucun diabète détecté, pas de problème dans le développement fœtal…).

Chaque femme est unique et sa grossesse également.

Cependant, ce qui m’a le plus choquée durant cette période (et je peux comprendre que le personnel médical cherche à se protéger de tout risque…), c’est d’avoir l’impression que grossesse égale maladie.. quoi grossesse = MALADIE !!! (mon dieu…la moitié de la population mondiale peut ainsi être touchée…) !!!

Ainsi, lors de mon cinquième mois, j’avais demandé jusqu’à quand je pouvais prendre l’avion. La sage femme m’a conseillée de ne pas en prendre à partir de la 28ème semaine. Les compagnies aériennes autorisent pourtant les femmes enceintes à embarquer jusqu’à la 36ème…

Donc cette surprotection m’a un peu frustrée, même si tant que je me portais bien et ne ressentait pas trop la fatigue, je continuais ma petite vie tranquillement et tout simplement.
Parfois, je me demande s’ils ne veulent pas que la femme enceinte reste alitée pendant plusieurs semaines en attendant l’arrivée de junior !

Et le plus redondant c’est la fameuse phrase : « franchement, dans ton état, tu ne devrais pas faire cela !!! » (faire quoi…vivre???)

Premier trimestre.

De mi-decembre à mi-mars

1er mois !!!

Lors de mon premier mois, je profite d’une dizaine de jours sur Lisbonne, entre visites et escapades dans les alentours (avec la fameuse Sintra), petits restos et réveillon, je ne ressens pas vraiment la fatigue du à cet état, au contraire je me sens plutôt bien, un peu vaseuse parfois mais rien de plus. Par contre, certains aliments me donnent vraiment la nausée…bon ce que je dois préciser c’est que durant ce premier mois, je n’étais pas au courant de ce début de grossesse !!!

img_7162
1er mois au Portugal

Si je peux rassurer certaines, je me suis faîtes plaisir surtout niveau gastronomique lors de ce premier mois (en plus, il y avait les fêtes de fin d’année^^!), en théorie pas de risque pour l’embryon car les échanges entre mère et fœtus et la mise en place du placenta se font au bout d’un mois. La nature est bien faîte !!!

Ce voyage au Portugal dure jusqu’au 3 janvier où je rejoins ensuite la vie trépidante parisienne…(le RER me fatiguait beaucoup plus que mes petites escapades lisboétes !).

Janvier se passe tranquillement avec juste une énorme envie de dormir, c’est simple, je m’endormais littéralement sur ma chaise de bureau sans vraiment m’en rendre compte. Faire des nuits de 10 – 12 heures n’était pas un problème pour moi et faire des siestes en plus non plus. Etat de fatigue normal, qui ne témoigne d’aucun soucis…au contraire ! Durant ce mois je ne fais pas grand chose, car totalement incapable tellement la fatigue me terrasse. Cet état de fatigue est tout à fait normal, mais c’est assez perturbant quant à une certaine tendance à être hyper-active à se retrouver avec autant d’énergie qu’une moule neurasthénique…

Mi-février, départ pour un long weekend à l’île de Ré.

Nous profitons de la Saint Valentin pour s’ouvrir une petite escapade sur l’île de Ré. Hormis le fait que le bercement de la voiture m’endors, il n’y a absolument rien à signaler. On vit tout à fait normalement à deux mois de grossesse (faut juste oublier les apéros…une Saint Valentin sans champagne…)

img_4087
2ème mois, direction l’île de Ré

Début mars, escapade dans la ville de Bordeaux.

C’est parti pour un stage à Bordeaux afin d’en apprendre un peu plus sur la photo. Bon ce séjour était programmé de longue date et franchement lors de ce troisième mois, je ressens beaucoup moins la fatigue. Une vie tout à fait normal (hormis pour la fameux régime alimentaire…mais on s’y fait^^!)

img_7561
3ème mois à la découverte de Bordeaux

Bilan premier trimestre

Bref, durant ce premier trimestre, à chaque mois, sa petite virée et pas de soucis à l’horizon, le train, la voiture, les bus longues distances, tout y passe sans aucun soucis.

En ce qui me concerne, j’ai beaucoup dormi durant cette période, ce qui fait que les trajets me paraissaient assez courts…Donc bien sur, ce n’est pas moi qui était au volant.

Ce que je retiens c’est que ce premier trimestre n’est en aucun cas incompatible avec des trajets plus ou moins longs. Il faut simplement tenir compte de la fatigue du au développement de ce petit être…

Deuxième trimestre

mi-mars à mi-juin

On m’avait annoncé cette période de grossesse comme un période où on est en pleine forme, où on a la pêche et l’énergie qui va avec…alors là honnêtement, soit c’est pipeau, soit je suis l’exception qui confirme la règle car je me sentais pas vraiment différente de ce que j’ai ressentit les premiers mois, je continuais à beaucoup dormir (même plus qu’au troisième mois) et aussi j’avais pas vraiment beaucoup d’appétit (quelqu’un à parler d’envie de femme enceinte, car honnêtement je ne me suis pas sentie concernée…)

Néanmoins, j’ai continué à bouger. Visite de la Charente-maritime, petit weekend en Normandie, trip d’une semaine dans les Pyrénées ainsi qu’en Auvergne avec Ascension de différentes puys et randonnées autour des lacs.
Ce n’est pas vraiment insurmontable, mais il y a quelques points inhérents à la grossesse que je tiens à souligner : problème de vessie et fatigue au niveau des jambes.

Pour la vessie, le bébé grossissant, il appuie davantage dessus, il faut donc penser à multiplier les pauses pipi !

Pour les jambes, demandez à votre compagnon de vous masser les jambes (c’est quand même la moindre des choses!) sinon une bonne douche avec un petit massage grâce à la pression du jet.

Dans les Pyrénées, c’était en gîte…donc évitez de beaucoup boire surtout le soir car se lever en pleine nuit pour rejoindre des toilettes qui sont souvent trop éloignées à notre goût, ce n’est vraiment pas génial !

Pour les jambes, je n’ai pas eu besoin de bas ou autre, c’est juste qu’elle me paraissaient un peu molle (comme en cas de grippe, l’impression d’avoir des jambes en coton!). Parfois un manque de souffle aussi mais cela ne m’a pas empêché de monter le puy de la vache en un temps record !

Pour moi, la marche à été très bénéfique et je reste persuadée que c’est le meilleur remède afin de prévenir justement ce genre de problème.

img_7824
Nombreuses escapades au deuxième trimestre, dont des randonnées dans la chaîne des Puys

Troisième trimestre.

De mi-juin à mi-septembre.
Ce fut une période de repos, de plus en plus en embonpoint (même si j’ai pris une dizaine de kilos durant cette grossesse, je sentais que me mouvoir n’était pas aussi aisé qu’auparavant) !

Seulement, j’évite de voyager trop longtemps assis et faire quelques pas toutes les heures si je ne peux faire autrement (que ce soit en train, bus, avion, voiture…). Et oui, cela afin de faire bien circuler le sang et d’éviter les problèmes de retour veineux par exemple.

Par contre je ne pars pas en autonomie ni dans des endroits reculés où je n’ai pas de médecin à proximité, il faut quand même savoir être raisonnable !!!

img_8360
Même enceinte, on profite de la plage 🙂 !!!

Le 9ème et dernier mois, je ne peux plus faire grand chose, mon embonpoint m’empêchant de me mouvoir avec une certaine agilité. Du coup je me trouve d’autres activités, il fut temps pour moi de me replonger dans les livres de voyages et les films montrant de folle aventure (bref, j’ai lu Into the Wild, Sur la route, Wild…j’ai revu La vie rêvée de Walter Mitty, Le monde de Nim, Carnet de voyage…Le voyage par procuration même si j’ai eu le plaisir de passer ces derniers mois dans un très bel environnement…)

En bref…

Cet état physiologique qui est au passage un état parfaitement normal, pour lequel notre corps est totalement adapté, ne doit pas être vécu comme une contrainte mais au contraire comme un stade normale de notre vie!

Donc, ceci ne m’a pas empêché de prendre les transports afin de me rendre dans divers endroits que je souhaitais voir. Et ils y sont tous passé (avion, bus, voiture, métro…)

Mais comme signalé, je ne faisais que très rarement des séjours seuls, le papa étant le plus souvent avec moi et pas dans des endroits reculés (ce n’est quand même pas trop la période pour faire un long trip au fin fond de la Mongolie!).
Bien sur, il y a quelques activités qui m’ont manquées et que j’aurai bien aimé continuer à pratiquer. Mais bon, là c’est franchement impossible, donc petit sevrage pendant quelques mois.

Exit plongée, apnée et équitation. Mes petits bols d’air, les activités me permettant de décompresser, de me sentir bien sont donc passées à la trappe.

Hâte de pouvoir reprendre tout cela et de revivre pleinement sa vie.
Et oui, même si contrairement à ce que l’on entend souvent, grossesse n’est pas égale à maladie, il faut malgré tout agir dans la mesure du raisonnable, être tout à fait en accord avec soi même et surtout de savoir et de reconnaître ses limites.

Ainsi ce qu’il m’a le plus manqué durant cette période :

  • Plongée
  • Apnée
  • Monter à cheval
  • Voyage au long cours en totale autonomie

Mais cela ne m’a pas empêché de :

  • Partir en vadrouille (mais pas dans des régions reculées du coup…Lisbonne, Auvergne, Pyrénées…moi qui rêvait de découvrir le Kirghizistan au printemps, j’ai du y renoncer!)
  • Prendre le train, l’avion, le bus, la voiture (en plus, on fait que de dormir dans les transports, donc cela passe plus vite…)

Ce n’est pas le fait d’être enceinte qui doit nous empêcher de vivre notre vie…et avec une maman heureuse et épanouie, bébé se portera que mieux.

Mon fils est donc né le 25 septembre 2016, il est en bonne santé, avec un joli poids (4.2 kg) et une taille tout à fait normal (52 cm)…donc pour ma part, voyager à été absolument bénéfique durant cette grossesse, j’ai l’impression que cela m’a permis d’avoir un bébé en pleine santé 🙂 !!!

img_0397

Bon voyage

Laisser un commentaire