« A qui sait attendre, le temps ouvre ses portes »

Lorsque je commente des publications sur les réseaux sociaux, je me rends compte que je prône souvent l’idée de voyager lentement, tout en douceur et de se laisser porter tranquillement par notre périple et nos aventures.

Profitez simplement d’être là !!!

Rien ne sert de courir…

Je me souviens de « l’exploit » de cette fille qui a « fait tout les pays du monde soit 197 en un tant record »…ou bien encore de ce britannique qui « visite 12 pays en 24 heures et bat ainsi un nouveau record ».
D’ailleurs en terme de voyage, je me demande à quoi peut bien servir ce genre de challenge? Faire parler de soi? Faire le buzz?

Oui mais après, quels souvenirs en gardons nous?

Chacun à sa façon de voyager et est libre de fabriquer son propre voyage.

Seulement je suis désolée mais quand je lis des questions telles que : « Je pars 4 semaines en Asie du Sud-Est et j’ai prévu de parcourir Thaïlande, Myanmar, Laos et Cambodge », j’ai un peu les poils qui se hérissent sur mon dos…j’ai visité ces 4 pays en 9 mois!

Alors oui en Thaïlande j’ai pris mon temps, j’y suis resté 5 mois, j’y ai travaillé un peu, je m’y suis perdue en scooter, découvert des petits coins sympas, charmants et totalement paumés même dans coin pourtant très touristiques comme Phuket!

On découvre des endroits paumés

Le Myanmar est un pays qui demande à mon sens t’optimiser au maximum le visa, soit 28 jours, car même sur ces 4 semaines, je n’ai eu le temps que de faire la boucle classique et en faisant l’impasse sur des endroits qui me tenaient aussi à coeur (comme Mrauk U ou encore Loikaw…).

Profiter du moment sans penser à l’après…

J’aime prendre mon temps !!!

Je revendique très largement et totalement le slow travel parce que j’aime prendre le temps de m’imprégner de l’endroit où je vais, de le découvrir, de savourer son ambiance, de rencontrer du monde, d’essayer différents restaurants sur place, différents food street, prendre le luxe de me perdre dans les rues et les ruelles des villes où je m’arrête.

En France et surtout lors de ma vie parisienne, j’ai appris à courir, courir pour prendre mon métro, mon RER, mon bus, courir pour un RDV, pour arriver à l’heure au travail, courir pour tout même pour manger!

Alors en voyage j’apprends à vivre au ralentit et je redécouvre les joies simples de mener un vie calme sans le stress de devoir choper un transport ou d’être en retard sur le timing méticuleux que j’ai mis en place.

Plusieurs fois lors de mes voyages, j’ai changé le planning déjà très large que j’avais quelques peu ébauché dans ma tête.

Ainsi, j’avais plus ou moins prévu de rester dans certains quoi juste 2 nuits et puis le lieu m’a plu, je m’y sentais bien…ainsi du coup j’ai prolongé mon temps de séjour.

Parfois même je repérais une autre guesthouse qui avait l’air mieux que celle que j’avais prise au départ. Et bien je changeais tout simplement de logement sans changer de ville.

C’est ce que j’ai fait par exemple à Taman Negara, Ventiane, Vang Vieng, Tioman Island, Perhantian…

On savoure tranquillement

Le voyage n’est pas une course! C’est avant tout une découverte!

Je profite donc je suis…

Donc quand je voyage, je n’organise pas trop de chose dès le départ afin de me laisser porter par l’instant présent, par le moment et tout ce que celui-ci a à m’apporter.

Pour résumer mon état d’esprit, voici un exemple. Je m’envole dans deux semaines pour Mayotte et pourtant je n’ai pas prévu pour le moment de voyage autour, je sais que je tiens à visiter Mada, Réunion, Comores…quand et comment? Et bien j’aviserai une fois sur place. Je reste persuadé que tout se mettra en place petit à petit…après tout je ne suis pas pressée.

Il faut savoir laisser de la place à l’imprévu, aux nouveautés, au hasard, au destin, appelez cela comme voulez…mais rien n’est écrit à l’avance, ni programmé.
Après tout si on programme tout, où est l’aventure, le sentiment d’évasion, de liberté, d’abandon à nous même que nous offre le voyage?

Voilà tout voir en un minimum de temps pourquoi? Pour la course aux selfies? Pour donner l’impression d’avoir vu le maximum de choses? je reste persuadée qu’au contraire, on passe à côté de l’essentiel, que l’on a pas le temps de savourer le voyage le plus possible.

J’aime me poser tranquillement quelques part, comme à la terrasse d’un café. C’est ainsi que lors de mon voyage au Sri Lanka, lorsque je dégustais mon troisième Ice Tea dans le même bar, dans la ruelle où je m’étais installée, j’ai vu passer tout une parade, des enfants, des centaines, habillés en tenue d’apparat ont défilé là sous mes yeux ébahis où se sont mêlés joies, sourires et poses de leur part. Un moment que je suis persuadée que je n’aurai pas vécu si j’étais allée vite, si je n’avais pas pris le temps d’avoir le temps.

Des moments imprévus et inoubliables…

Un souvenir mémorable du Sri Lanka…et des anecdotes comme celle-là j’en ai des dizaines…plus jamais je n’irai vite!

Etre au contact des autres…

Voyager lentement permet d’être au contact des populations des différents pays traversés.

Etre chez l’autre

Ainsi, lorsque le voyageur pressé expose son itinéraire, le plus souvent afin de gagner du temps, il envisage de faire des déplacements en avion, des vols intérieurs. Bon déjà au niveau de leur empreinte carbone c’est pas top…mais en plus on passe à côté d’un de mes moments préférés en voyage, les transports locaux.

Franchement et même si cela fut long, j’ai adoré mon trajet en train entre Yangoon et Bagan. 24h dans ce train à se taper le cul sur la banquette en bois, mais que de paysages, de visages, de gares animés, de cafés bus dans un wagon qui bouge dans tout les sens, de discussion même dans un anglais approximatif. J’aurai été frustrée de ne pas vivre un tel moment.

Je n’aurai pas vécu de déraillement de train juste avant le viaduc de Gokteik entre Mandalay et Hsipaw…on ne m’aurait pas offert à manger dans un bus en Indonésie…cela ne m’aurait pas permis d’être héberger chez l’habitant sans des problèmes de transports…et au bout du compte de faire des rencontres qui sinon aurait été improbables.

Je ne vais pas étaler les dizaines d’exemples que j’ai dans ma mémoire et qui me réchauffe le cœur à chaque fois que j’y pense…mais vous l’aurez compris que pour moi le Slow Travel est plus qu’un mode de voyage, c’est un style de vie!

Revers de médaille

Le seul bémol (bon il faut bien que j’en trouve un^^!), c’est que dorénavant, je suis incapable de voyager à un autre rythme. Donc pour moi, visiter Lisbonne en une semaine, ce n’est pas trop et non je n’ai pas le temps de découvrir les environs, une semaine à Lisbonne c’est juste ce qu’il faut, même pas assez!

Partir une semaine décompresser aux Antilles, pas assez, minimum deux semaines.

Je suis devenue incapable d’accélérer le pas.

Ainsi si je suis en France et que je ne peux partir longtemps, je privilégie la découverte de notre beau pays. Ce qui au final n’est pas plus mal car j’ai pu ainsi découvrir l’Auvergne, Bordeaux, Bretagne, l’Aude, Pyrénées, Alpes…Si je n’ai pas le temps de découvrir suffisamment un coin, je préfère maintenant visiter mon propre pays…

En bref…

« Un petit pas en avant peut être le début d’un long voyage »

Chacun voyage à sa guise et à la façon qui lui convient le mieux, mais voilà mon opinion en ce qui concerne le voyage.

On court déjà suffisamment dans nos vies pour ne pas en plus courir durant nos voyages.

Courir après quoi? Le temps? Le temps ne s’attrape pas et il faut apprendre à savourer les petits moments, ceux qui nous font sentir vivant.

J’ai adopté maintenant le principe un mois par pays en ce qui concerne mes visites…je me vois mal maintenant faire autrement. Un mois étant à mon sens un minimum..

Tout simplement, prenez le temps de vivre et de profiter pleinement, entièrement et lentement de votre voyage, ne planifiez pas trop, laissez place à l’aventure, laissez vous porter et savourez tout en douceur.

Bon voyage !!!

8 thoughts on “Voyage tout en lenteur ou slow travel”

  1. J’adhère à l’idée du slow travel…. Dans l’idée ! Dans les faits, la majorité des gens n’ont, hélas, pas le temps de prendre le temps. Impossible pour moi d’avoir 1 mois de vacances. Tant pis je partirais quand même pour 10 jours ! Ce n’est pas le même voyage, mais c’est déjà bien 🙂
    Cependant, si j’ai peu de temps je préfère me focaliser sur un ou deux endroits en particulier plutôt que de vouloir tout faire. Deux ou trois endroits d’un pays plutôt qu’un peu de tout a toute allure. 😉

    1. Tout à fait d’accord avec toi 🙂 !!! Si je ne peux pas partir longtemps, je me focalise sur peu d’endroits afin d’en profiter un maximum ^_^!!!
      Profites bien de tes voyages (je me suis arrêtée à ton séjour au Cambodge…) et de ceux à venir 🙂 !!!
      A bientôt

  2. Tout a fait l’idée que j’ai du voyage sans l’avoir encore pratiqué…
    Je pars 1 mois seule au Sri Lanka en février 2017… Et si vs aviez qq conseils, adresses, contacts cool, je serai comblée de les recevoir…
    Merci bcp pr ce retour d’expérience qui me conforte…car en ce moment tous mes amis me réclament mon « plan de route » 😉

    1. Bonjour Valérie,
      En conseils bien sur, voyager dans les transports, en un mois vous avez tout à fait le temps, pas la peine de prendre des véhicules privées.
      Sur les lieux à voir, pas la peine de s’attarder sur Colombo, mis à part notre coup de chance de tomber sur une impressionnante parade d’écoles, c’est une ville qui nous a pas plus emballée que cela…
      Après nous avons beaucoup aimé Anuradhapura pour les temples car nous avons également assisté à beaucoup de processions.
      Bien sur le triangle Dambulla, Sigiryia et Polonnaruwa sont à voir!
      Ensuite Jaffna on ne connait pas, pas encore ouvert lors de notre passage…d’après le retour de certains voyageurs certains aime d’autres pas du tout…
      Pour les logements, nous avons beaucoup apprécié celui Nilaveli, le Seaway, sombre mais propre. Gros coup de cœur pour notre nid d’aigle sur Ella, le Ella Gap panorama, se réveiller le matin avec la vue directe sur les montagnes…magique !!! A Mirisa le Seaview nous a plu pour l’accueil, la maison style sept nains^^!!
      Pour la nourriture, à Colombo le Café on the 5 est notre coup de cœur, on ne le quittait plus^^!
      Sinon pour le reste street food bien sur 🙂 !
      Pas besoin de plan de route, si un lieu nous plait et que l’on se sent bien, pourquoi ne pas prolonger d’une ou deux nuits en plus, on le quittera moins avec regrets mais plutôt avec le sentiment d’en avoir bien profité.
      Bon voyage et à bientôt

      1. Bonjour Moray,
        Merci beaucoup pour ces conseils & adresses…
        Je suis déjà zen avant de partir 😉

        à bientôt pour mon retour d’expérience…

  3. bien dit! ça me rappelle Africa Trek où les auteurs décrivent les motocyclistes qui les dépassent (eux ils sont à pieds) et les belles rencontres qu’ils ratent en passant si vite.

    1. Merci 🙂 !!!
      J’ai lu les deux tomes de Africa Trek (bon il y a quelques années déjà^^), j’ai adoré, j’ai aussi pu rencontrer le couple d’auteurs et bien franchement cela m’a motivé dans l’idée de partir 🙂 !!!

Répondre à Les carnets de Flo Annuler la réponse.