Ah cette réflexion que nous nous posons tous, que nous apporte nos voyages ? Pourquoi voyager au long court aussi souvent ? Tout simplement parce que nous aimons cela mais au delà d’aimer quelque chose, au delà de simplement vouloir voyager, le voyage au long court m’a ouvert les yeux sur différents points mais aussi sur moi même.

IMG_3190
On se recentre sur l’essentiel : vivre !!!

 Je deviens moi-même

« La vie est un long champs à cultiver. Voyager, c’est y semer la diversité de la terre. Voyager c’est l’embellir des couleurs du monde » (L. Lesven)

Un voyage c’est avant tout une histoire personnel, une histoire souvent entre moi et moi-même, cela fait un peu narcissique, mais ce que je veux dire par là c’est que je suis libre d’aller où je veux, je décide de mes péripéties, il y a moins de contraintes. C’est une aventure que l’on entreprend afin de faire émerger toutes ces émotions, ces sentiments, ces envies que malheureusement, nous sommes parfois obligé d’enfouir pour se fondre dans la masse, afin de pouvoir se conformer à un idéal que notre société essaye de nous imposer. Je suis désolé mais je n’y arrive pas.

Depuis 2006 je suis à droite et à gauche, cela fait bientôt 10 ans que je voyage de façon plus ou moins ponctuelle, plus ou moins longtemps et à chaque fois le retour de voyage est difficile, de plus en plus difficile, tout simplement parce que j’ai appris à me laisser m’exprimer.

On ne voyage pas pour une fuite en avant, ce n’est pas une raison valable (à mon sens). Il y a des gens qui ne supporte pas l’idée d’être loin de chez eux, de leurs repères, d’autres qui au contraire en ont besoin. Ainsi en laissant place à cette envie de parcourir le monde, nous nous réalisons. Nous exprimons qui nous sommes, nous faisons nos expériences, des erreurs, nous découvrons, nous apprenons en parcourant le monde car c’est une composante qui est, si je puis dire, en nous et nous en avons besoin tout simplement pour notre équilibre.

Chacun a en effet sa façon d’être heureux, de trouver un petit bonheur, le mien passe par le voyage…tout simplement…

« Le plus grand voyage que nous réalisons, c’est de devenir soi-même »

IMG_4685

En route vers l’inconnu…

Il y a des personnes qui aiment tout paramétrer, que tout soit carré et décidé. Là dessus, je sais de quoi je parle, j’en faisait parti…

Seulement, ce n’est pas toujours le cas et il faut bien parfois s’en remettre au destin afin de faire avancer les événements et laisser alors le hasard, le sort décider pour nous.

Il faut accepter que l’on ne contrôle pas tout, tout le temps et alors on se décide à laisser agir le hasard.

Il est vrai que lors des premiers voyages, j’aimais savoir à peu près où j’allais, combien de temps, voir même dans quels hôtels, guesthouses, quels trajets, quelles villes, quels itinéraires, quelles excursions… et puis il y a un moment où l’on réalise que l’on se contraint. On s’impose ce que nous ne voulons plus subir, ce pourquoi aussi nous avons décidé de partir sur les routes du monde, des obligations! Alors on regarde amusé nos notes pour les jours à venir, on ferme les yeux et on oublie ce que l’on voulais faire, place à l’inconnu, nous prendrons les routes que nous avons envie, au gré de nos ressentis, de nos rencontres…

Le voyage est une aventure

« Voyager c’est grandir. C’est la grande aventure. Celle qui laisse des traces dans l’âme. » Marc Thiercelin

Le voyage vous transporte, dans tout les sens du terme. Grandir, je pense que l’on devient plus mûr en voyageant. Même si malheureusement, en France, faire un break d’une année est plus ou moins souvent mal perçu, cela reste une bonne école. On apprends, on découvre, on sort de sa zone de confort, on apprends à se débrouiller, dans des coutumes différentes, des langues différentes, des univers différents…

Le voyage est aussi une aventure de l’esprit, il éveille notre façon de penser, nous fait réfléchir, permet aussi de nous remettre en question, se décider à agir et aller de l’avant.

IMG_2809

Ce que je recherche en voyage, c’est tout simplement de m’émerveiller…

Le voyage apporte du changement

Changer qui ? Quoi ? Moi ? Je ne sais pas, ou pas sur en tout cas. Je suis moi et c’est tout, certes les expériences de la vie nous font apprendre beaucoup, nous font évoluer. Mais ces expériences en question sont choisies et donc elles sons voulues, elles sont en moi, elle ne me change pas vraiment, elles confirment mes choix…

Lors d’un voyage ce n’est pas moi qui change, mais le contexte, mon environnement, mes expériences, fini le train-train quotidien, le métro-boulot-dodo comme on dit.

Alors non, je ne suis pas vraiment changé au retour d’un voyage, c’est juste que j’ai réalisé ce qui me correspond vraiment et alors le retour dans une réalité qui ne convient pas, ou plus, me fait paraître changé, mais ce n’est pas le cas. J’ai toujours été moi, mais mon moi est bien sur les routes, au grand air, à l’aventure, au grès du vent et de mes envies.

Adieu métro-boulot-dodo

Pas de contraintes, pas d’obligations en tout cas moins que ce que je m’impose en France. Je ne fuis pas mes responsabilités, au contraire, mais je décide de ce que je veux faire, je vais là ou le vent me mène et j’avise au jour le jour. Bref, un vent de liberté souffle et je me sens plus épanouie, plus libre et surtout beaucoup plus détendue.

J’en oublie les tracasseries que me minaient parfois en France. On se concentre alors sur des choses plus essentielles à mon sens.

Devient important le où je vais dormir ce soir, où aller, me diriger, quelle direction prendre, qu’est-ce que me réserve l’avenir au bout de ce chemin, quelles rencontres, quelles expériences…et fini les « c’est quoi le programme télé ce soir (bon je sais, c’est vraiment cliché…)? »

Pour moi le voyage ne nous change pas, il nous révèle ce qui est important, ce qui nous fait, qui nous sommes et surtout nous assumer dans nos choix.

On a moins d’appréhension, on relativise…

« Les gens ont peur. La peur, c’est l’ignorance. Alors, plus on est éduqué, plus on voyage, plus on parle de langues, moins on est ignorant, donc moins on a peur. La peur, c’est vraiment l’ignorance. » Robert Lepage

Rencontrer d’autres mentalités, et relativiser différemment. Ainsi cet exemple tout simple, lors de notre séjour au Myanmar, nous avons eu un déraillement de notre train, pas très très grave me dirait vous, juste un des wagons qui est sorti de ces rails. En « bons français » cela nous a plutôt contrarié, ce rapport au temps, aux ennuis, nous avons commencé à voir cette mésaventure du mauvais côté. Et puis les birmans prenaient plutôt cela avec le sourire, un déraillement de train, ce n’est pas grave, il n’y a pas eu de blessés ou pire, cela va juste nous retarder de 3 heures sur l’horaire. Et puis malgré la barrière de la langue nous avons plus échangé avec nos compagnons de voyage. Nous avons au final apprécier ce trajet en train plus que les autres. Mais bon vous imaginez en France, un train qui déraille, pas sur d’en garder des bons souvenirs…

On voit les choses différemment, on apprend à voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide, on découvre d’autres manières de penser.

Il y a différents changements lors d’un voyage, mais surtout on apprends à avoir moins peur, à avoir moins d’appréhension, à être aussi plus ouvert d’esprit. Je ne pense pas que ce soit pour rien si la plupart des voyageurs ont l’esprit assez ouverts, c’est ce que nous avons ressentit avec tout ceux que nous avons rencontré sur notre route. Des moments de partage et d’échange, à discuter de tout et de rien, à parler de ses projets, de ses envies mais aussi de se dire que tout est possible et qu’il ne tient qu’à nous de réaliser nos rêves.
Et puis on ne parle pas qu’avec des francophones, on apprend à baragouiner en anglais par exemple. Au départ avec un peu d’appréhension, bases fragiles, mauvais souvenirs d’écoles (l’anglais était ma pire des matières à l’école…merci au système scolaire français qui nous fait apprendre cette langue avec un vocabulaire datant de Shakespeare…autrement dit pas adapter pour parler dans la rue). Mais au bout d’un petit moment d’adaptation, on ose, on s’exprime et nous parlons alors avec tout personne, davantage de monde.

IMG_2797

Le voyage me permet d’assouvir mes différents passions

Et qu’est-ce qu’elles sont nombreuses… Au programme, de la plongée, fan du milieu marin et de la vie marine, je prends plaisir à m’immerger et à me trouver « en sensation d’apesanteur ». Mais il y a aussi la nourriture (découvrir de nouveaux plats, de nouvelles recettes, de nouveaux aliments…tester!), faire de la photo, découvrir des paysages incroyables (volcans, jungle, plage, villes et villages, temples, canyon…), rencontrer de nouvelles personnes, dessiner, filmer, monter à cheval, naviguer…rêver!

IMG_1394

Mais pourtant…Ce sentiment d’être en décalage !

Seul point négatif du voyage, impression que l’on a manqué beaucoup d’événements qui ont fait la vie de nos proches, mariages, naissance et parfois malheureusement décès…

Quand on revient, forcément on a vécu des aventures, des anecdotes que nous seuls pouvons comprendre, des moments qui nous ont marqués plus que d’autres. Ainsi parfois on se force à dépasser certains de nos préjugés, certaines idées qui peuvent nous ouvrir les yeux et voir les choses différemment.

Et puis il y a ce moment aussi où l’on nous pose LA question : « alors, ce voyage ? », que dire ??? La question est trop vague, on a tellement à raconter, plusieurs mois sans vraiment donner de nouvelles par où commencer, et surtout n’allons nous pas lasser notre interlocuteur avec notre histoire de vadrouilles ??? Car c’est vrai que au bout de la dixième fois où l’on raconte nos trajets en bus, tous plus cocasse les uns que les autres…on a un peu l’impression de lasser notre auditoire qui par politesse nous écoute parler…

Alors, on a quand même tendance à davantage parler avec des gens qui ont les mêmes passions, les mêmes envies que nous…on ne le fait pas exprès, mais les dialogues, les amitiés, les partages se font malgré tout sur une base d’affinité et il nous faut quelques points communs.

Je ne suis plus vraiment en contact avec des personnes qui ont choisi des vies bien différentes de la mienne, parce que nous n’avons pas les mêmes rythmes, nos voies sont devenues trop divergente. Pour certains, un boulot sur, une maison, des enfants présents ou à venir…ce n’est pas ce que j’ai choisi même si à un moment j’aurai pu partir dans cette voie…mais j’ai décidé de vivre mes rêves…

Quelques vrais amis sont restés et j’ai la chance d’être en contact avec des amis de longues dates, voir des amis d’enfance, mais voilà beaucoup ne font plus partis de mon univers et d’autres y sont entrés justement de par ces mêmes passions de voyages, de plongées et de vie sans prise de tête.

Mais malgré cela, ma famille et mes amis véritables savent au fond que ces voyages font parti de moi, qu’il me permettent de grandir et de m’affirmer, de vivre mes passions.

IMG_6283

Parce que « le plus beau voyage est celui que l’on a pas encore fait »  Loick Perron

One thought on “Voyager au long court…et ce que j’ai appris”

Laisser un commentaire